VIDAL Recos

Rhinopharyngite aiguë de l'enfant

Prise en charge
Mise à jour : 22 Janvier 2019
Prise en charge
Rhinopharyngite aiguë de l'enfant
Rhinopharyngite aiguë de l'enfant
1
Facteurs de risque de complications bactériennes
Âge inférieur à 6 mois. Mode de garde en collectivité (crèche). Antécédents d'otites à répétition. Présence d'une otite séreuse. Immunodépression constitutionnelle ou acquise (drépanocytose ou asplénie fonctionnelle).
2
Information des parents
Les parents doivent être informés sur les situations dans lesquelles ils doivent de nouveau consulter un médecinAE :
apparition d'une gêne respiratoire chez le tout-petit ;
persistance de la fièvre au-delà de 3 jours ;
persistance d'autres symptômes (toux, rhinorrhée, obstruction nasale) sans amélioration après 10 jours ;
réveils nocturnes, otalgies, otorrhée, conjonctivite purulente, œdème palpébral, troubles digestifs (anorexie, vomissements, diarrhée), gêne respiratoire, toux rauque, éruption cutanée, apparition de nouvelles adénopathies cervicales ou d'un torticolis.
En dehors de la phase aiguë, l'éviction des collectivités n'est pas nécessaire car la maladie, bénigne, ne perturbe pas le fonctionnement de la crèche ou de l'école, et le risque de contagion est dépassé (l'enfant était contagieux avant l'apparition des 1ers signes).
3
Association à une bronchite ou à une bronchiolite
4
Prescriptions
Les rhinopharyngites étant peu douloureuses, un traitement antalgique n'est généralement pas nécessaire.
Les AINS, qui ne réduisent pas la durée des symptômes de la rhinopharyngite, ne sont pas indiqués.
Les vasoconstricteurs, qu'ils soient administrés par voie générale ou par voie locale, sont contre-indiqués chez l'enfant avant 15 ans.
Les antitussifs, les fluidifiants bronchiques et les antihistaminiques ne sont pas recommandés dans la RPA.
Le traitement antibiotique ne prévient pas les complications bactériennes.
5
Antibiothérapie
Aucune rhinopharyngite ne justifie la prescription d'une antibiothérapie. Elle doit être proscrite au regard des conséquences différées, individuelles et collectives, qu'elle entraîne.
Elle n'est justifiée qu'en cas de complication avérée, supposée bactérienne (OMA purulente, sinusite purulente).Grade A
1
Facteurs de risque de complications bactériennes
Âge inférieur à 6 mois. Mode de garde en collectivité (crèche). Antécédents d'otites à répétition. Présence d'une otite séreuse. Immunodépression constitutionnelle ou acquise (drépanocytose ou asplénie fonctionnelle).
2
Information des parents
Les parents doivent être informés sur les situations dans lesquelles ils doivent de nouveau consulter un médecinAE :
apparition d'une gêne respiratoire chez le tout-petit ;
persistance de la fièvre au-delà de 3 jours ;
persistance d'autres symptômes (toux, rhinorrhée, obstruction nasale) sans amélioration après 10 jours ;
réveils nocturnes, otalgies, otorrhée, conjonctivite purulente, œdème palpébral, troubles digestifs (anorexie, vomissements, diarrhée), gêne respiratoire, toux rauque, éruption cutanée, apparition de nouvelles adénopathies cervicales ou d'un torticolis.
En dehors de la phase aiguë, l'éviction des collectivités n'est pas nécessaire car la maladie, bénigne, ne perturbe pas le fonctionnement de la crèche ou de l'école, et le risque de contagion est dépassé (l'enfant était contagieux avant l'apparition des 1ers signes).
3
Association à une bronchite ou à une bronchiolite
4
Prescriptions
Les rhinopharyngites étant peu douloureuses, un traitement antalgique n'est généralement pas nécessaire.
Les AINS, qui ne réduisent pas la durée des symptômes de la rhinopharyngite, ne sont pas indiqués.
Les vasoconstricteurs, qu'ils soient administrés par voie générale ou par voie locale, sont contre-indiqués chez l'enfant avant 15 ans.
Les antitussifs, les fluidifiants bronchiques et les antihistaminiques ne sont pas recommandés dans la RPA.
Le traitement antibiotique ne prévient pas les complications bactériennes.
5
Antibiothérapie
Aucune rhinopharyngite ne justifie la prescription d'une antibiothérapie. Elle doit être proscrite au regard des conséquences différées, individuelles et collectives, qu'elle entraîne.
Elle n'est justifiée qu'en cas de complication avérée, supposée bactérienne (OMA purulente, sinusite purulente).Grade A
La suite de cette rubrique est réservée aux professionnels de santé libéraux et pharmaciens d'officine exerçant en France (en activité, étudiants ou retraités), et disposant d'un compte valide.

Se connecter ou S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.