VIDAL Recos

Varicelle

Prise en charge
Mise à jour : 22 Janvier 2019
Prise en charge
Varicelle
Varicelle
1
Traitement antipyrétique
Seul le paracétamol peut être utilisé en toute sécurité.
L'aspirine doit être évitée (risque de syndrome de Reye).
L'ibuprofène et les autres AINS, suspectés d'augmenter le risque de surinfection bactérienne grave (fasciite nécrosante) ou de varicelle nécrotique, doivent être évités.
2
Soins locaux
La chlorhexidine aqueuse peut être utilisée pour prévenir la surinfection.AE Aucun autre produit (talc, crèmes, pommades, gels) ne doit être utilisé.
3
Traitement du pruritAE
Les antihistaminiques anticholinergiques, sédatifs, peuvent être utilisés.
4
IsolementAE
La contagiosité est maximale 2 jours avant et 6 jours après le début de l'éruption. Bien que l'éviction ne soit pas obligatoire jusqu'à guérison clinique (disparition des croûtes), la fréquentation d'une collectivité n'est pas souhaitable à la phase aiguë de la maladie. Informer le personnel et les familles de la présence de cas dans la collectivité. Les enfants immunodéprimés, femmes enceintes et adultes n'ayant pas eu la maladie (sérologie négative) doivent consulter rapidement un médecin s'ils ont été en contact avec le malade.
L'isolement est nécessaire si le patient fréquente une collectivité fermée incluant des personnes à risques, ainsi que l'éviction du cas durant la période de contagiosité s'il s'agit d'un personnel soignant.
5
Traitement antiviral
L'aciclovir est utilisé uniquement par voie intraveineuse. Il est recommandé (rapport du Comité Technique de Vaccinations, validé par le HCSP le 5 juillet 2007) chez les patients immunocompétents dans les cas suivants :
varicelle chez la femme enceinte dont l'éruption survient dans les 8 à 10 jours avant l'accouchement,
varicelle du nouveau-né de 0 à 28 jours,
nouveau-né avant l'éruption lorsque la mère a débuté une varicelle dans les 5 jours précédant ou les 2 jours suivant l'accouchement,
formes graves de la varicelle de l'enfant de moins de 1 an,
varicelle compliquée, en particulier de pneumopathie ou d'encéphalopathie.
Il est également recommandé chez le sujet immunodéprimé.
Les immunoglobulines polyvalentes intraveineuses n'ont pas démontré leur intérêt.
1
Traitement antipyrétique
Seul le paracétamol peut être utilisé en toute sécurité.
L'aspirine doit être évitée (risque de syndrome de Reye).
L'ibuprofène et les autres AINS, suspectés d'augmenter le risque de surinfection bactérienne grave (fasciite nécrosante) ou de varicelle nécrotique, doivent être évités.
2
Soins locaux
La chlorhexidine aqueuse peut être utilisée pour prévenir la surinfection.AE Aucun autre produit (talc, crèmes, pommades, gels) ne doit être utilisé.
3
Traitement du pruritAE
Les antihistaminiques anticholinergiques, sédatifs, peuvent être utilisés.
4
IsolementAE
La contagiosité est maximale 2 jours avant et 6 jours après le début de l'éruption. Bien que l'éviction ne soit pas obligatoire jusqu'à guérison clinique (disparition des croûtes), la fréquentation d'une collectivité n'est pas souhaitable à la phase aiguë de la maladie. Informer le personnel et les familles de la présence de cas dans la collectivité. Les enfants immunodéprimés, femmes enceintes et adultes n'ayant pas eu la maladie (sérologie négative) doivent consulter rapidement un médecin s'ils ont été en contact avec le malade.
L'isolement est nécessaire si le patient fréquente une collectivité fermée incluant des personnes à risques, ainsi que l'éviction du cas durant la période de contagiosité s'il s'agit d'un personnel soignant.
5
Traitement antiviral
L'aciclovir est utilisé uniquement par voie intraveineuse. Il est recommandé (rapport du Comité Technique de Vaccinations, validé par le HCSP le 5 juillet 2007) chez les patients immunocompétents dans les cas suivants :
varicelle chez la femme enceinte dont l'éruption survient dans les 8 à 10 jours avant l'accouchement,
varicelle du nouveau-né de 0 à 28 jours,
nouveau-né avant l'éruption lorsque la mère a débuté une varicelle dans les 5 jours précédant ou les 2 jours suivant l'accouchement,
formes graves de la varicelle de l'enfant de moins de 1 an,
varicelle compliquée, en particulier de pneumopathie ou d'encéphalopathie.
Il est également recommandé chez le sujet immunodéprimé.
Les immunoglobulines polyvalentes intraveineuses n'ont pas démontré leur intérêt.
Cas particuliers
Surinfection cutanée
Varicelle avec surinfection cutanée
Une antibiothérapie orale antistaphylococcique et antistreptococcique est recommandée en cas de surinfection cutanée. La voie intraveineuse sera utilisée en cas d'impossibilité d'administration de l'antibiotique per os. Lire Antibiotiques, antiviraux (traitement par).
Atteinte viscérale
Varicelle avec atteinte viscérale
Les formes viscérales de varicelle, rares, peuvent être létales.
Atteinte neurologique : cérébellite (1/4 000 varicelles) d'évolution le plus souvent bénigne, méningoencéphalite (1/40 000 varicelles) responsable de décès et de graves séquelles neurologiques, syndrome de Reye (encéphalopathie et stéatose hépatique) rare en France, myélite transverse, névrite optique, syndrome de Guillain-Barré.
Pneumopathie varicelleuse (enfant de moins de 6 mois et adulte jeune surtout). Une radiographie pulmonaire doit être réalisée chez tout patient atteint de varicelle qui tousse ou qui est dyspnéique.
Autres : hépatite (le plus souvent bénigne), thrombopénie aiguë, néphropathie, arthrite, myocardite, thrombose, complications oculaires, péricardite, pancréatite, orchite.
Vaccination
Indications de la vaccination
Le vaccin antivaricelleux est un vaccin vivant atténué. Il est contre-indiqué chez la femme enceinte et chez l'adulte gravement immunodéprimé.
Le calendrier vaccinal 2017 ne recommande pas la vaccination généralisée des enfants à partir de 12 mois.
L'intérêt du vaccin est de prévenir les risques de complications liées aux formes graves de la maladie, notamment chez l'immunodéprimé et son entourage.
La vaccination est recommandée à partir de l'âge de 12 mois en 2 doses espacées de 4 à 8 semaines ou de 6 à 10 semaines, selon le vaccin utilisé :
pour les enfants candidats receveurs, dans les 6 mois précédant une greffe d'organe solide, sans antécédents de varicelle (ou dont l'histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative (en pratiquant une surveillance du taux d'anticorps après la greffe) ;
pour les adolescents de 12 à 18 ans n'ayant pas d'antécédent clinique de varicelle ou dont l'histoire est douteuse ;
pour les adultes de plus de 18 ans immunocompétents exposés à la varicelle, sans antécédent de varicelle ou dont l'histoire est douteuse, dans les 3 jours suivant l'exposition à un patient avec éruption.
Elle est également recommandée pour les femmes :
en âge de procréer, notamment celles ayant un projet de grossesse, et sans antécédent clinique de varicelle ;
n'ayant pas d'antécédent clinique de varicelle (ou dont l'histoire est douteuse) dans les suites d'une première grossesse.
Dans tous les cas précédents, la pratique d'une sérologie préalable est facultative.
La vaccination est également recommandée pour toute personne sans antécédent de varicelle (ou dont l'histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, en contact étroit avec des personnes immunodéprimées, ainsi que pour les professionnels en contact avec la petite enfance (crèches et collectivités d'enfants notamment), les professions de santé en formation à l'embauche ou, à défaut, déjà en poste, en priorité dans les services accueillant des sujets à risque de varicelle grave (services de gynéco-obstétrique, néonatologie, pédiatrie, maladies infectieuses, néphrologie).
Les sujets vaccinés doivent être informés de la nécessité, en cas de rash généralisé, d'éviter les contacts avec les personnes immunodéprimées pendant 10 jours.
La vaccination contre la varicelle est contre-indiquée pendant la grossesse. Toute grossesse doit être évitée dans le mois suivant la vaccination. Il convient de conseiller aux femmes ayant l'intention de débuter une grossesse de différer leur projet.
La vaccination est recommandée dans les 3 jours suivant l'exposition à un patient présentant une éruption de varicelle ou de zona, pour toute personne immunocompétente de plus de 12 ans (à l'exclusion des femmes enceintes), sans antécédents de varicelle et sans antécédent de vaccination contre la varicelle. La vaccination comprend 2 injections séparées de 4 à 8 semaines ou de 6 à 10 semaines en fonction du vaccin utilisé.
Les personnes à risque de varicelle grave ayant une contre-indication à la vaccination (sujets immunodéprimés, femmes enceintes) doivent bénéficier d'une prophylaxie par l'administration d'immunoglobulines spécifiques.
La suite de cette rubrique est réservée aux professionnels de santé libéraux et pharmaciens d'officine exerçant en France (en activité, étudiants ou retraités), et disposant d'un compte valide.

Se connecter ou S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.