VIDAL Recos

Gonarthrose, coxarthrose

Prise en charge
Mise à jour : 22 Janvier 2019
Prise en charge
Gonarthrose, coxarthrose
Gonarthrose, coxarthrose
1
Règles de prise en charge
Évaluer la sévérité du handicap, l'intensité de la douleur et le stade radiologique de l'arthrose.
Réévaluer régulièrement les traitements et en adapter la posologie à l'horaire et à l'intensité de la douleur.
La diminution des contraintes s'exerçant sur l'articulation (canne du côté controlatéral, renforcement de la musculature para-articulaire, amaigrissement si surpoids, chaussage, etc.) est un élément essentiel du traitement.
2
Traitement antalgique de 1re intentionGrade A
Paracétamol en 1re intention du fait de son profil de tolérance.
3
Traitements antiarthrosiques d'action lente
Chondroïtine sulfate, diacéréine, insaponifiables d'avocat et de soja ou glucosamine ont une AMM en tant que traitement symptomatique d'action différée dans l'arthrose du genou et/ou de la hanche. En 2013, la HAS a estimé que ces médicaments n'ont pas de place dans la stratégie thérapeutique (fiche de bon usage du médicament, HAS, novembre 2013).
4
Anti-inflammatoires non stéroïdiens
Ils doivent être envisagés en cas d'échec du paracétamol.
Les corticoïdes par voie générale ne sont pas indiqués dans la gonarthrose ou la coxarthrose.
5
Antalgiques opioïdes faibles
Ils peuvent être utiles, avec ou sans paracétamol, lorsque les AINS sont contre-indiqués, inefficaces, ou mal tolérés. Ils nécessitent une information sur les risques et un suivi strict de la réponse au traitement et de sa tolérance.
6
Traitements locaux
Gonarthrose : injections intra-articulaires de corticoïdes en cas de poussées congestive (épanchement), applications locales d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, injections intra-articulaires d'acide hyaluronique. Les lavages articulaires parfois proposés sont d'intérêt controversé.
Coxarthrose : injections radioguidées de corticoïdes pouvant être utiles en cas de poussées douloureuses résistantes aux antalgiques dont les AINS. L'injection intra-articulaire d'acide hyaluronique (non remboursée) n'a pas prouvé son efficacité.
7
Traitement chirurgical
Un remplacement prothétique doit être discuté dans les formes douloureuses invalidantes radiologiquement évoluées. La correction d'une anomalie architecturale peut être proposée en cas de douleurs rebelles ou de handicap fonctionnel dans les arthroses secondaires chez l'adulte jeune.
1
Règles de prise en charge
Évaluer la sévérité du handicap, l'intensité de la douleur et le stade radiologique de l'arthrose.
Réévaluer régulièrement les traitements et en adapter la posologie à l'horaire et à l'intensité de la douleur.
La diminution des contraintes s'exerçant sur l'articulation (canne du côté controlatéral, renforcement de la musculature para-articulaire, amaigrissement si surpoids, chaussage, etc.) est un élément essentiel du traitement.
2
Traitement antalgique de 1re intentionGrade A
Paracétamol en 1re intention du fait de son profil de tolérance.
3
Traitements antiarthrosiques d'action lente
Chondroïtine sulfate, diacéréine, insaponifiables d'avocat et de soja ou glucosamine ont une AMM en tant que traitement symptomatique d'action différée dans l'arthrose du genou et/ou de la hanche. En 2013, la HAS a estimé que ces médicaments n'ont pas de place dans la stratégie thérapeutique (fiche de bon usage du médicament, HAS, novembre 2013).
4
Anti-inflammatoires non stéroïdiens
Ils doivent être envisagés en cas d'échec du paracétamol.
Les corticoïdes par voie générale ne sont pas indiqués dans la gonarthrose ou la coxarthrose.
5
Antalgiques opioïdes faibles
Ils peuvent être utiles, avec ou sans paracétamol, lorsque les AINS sont contre-indiqués, inefficaces, ou mal tolérés. Ils nécessitent une information sur les risques et un suivi strict de la réponse au traitement et de sa tolérance.
6
Traitements locaux
Gonarthrose : injections intra-articulaires de corticoïdes en cas de poussées congestive (épanchement), applications locales d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, injections intra-articulaires d'acide hyaluronique. Les lavages articulaires parfois proposés sont d'intérêt controversé.
Coxarthrose : injections radioguidées de corticoïdes pouvant être utiles en cas de poussées douloureuses résistantes aux antalgiques dont les AINS. L'injection intra-articulaire d'acide hyaluronique (non remboursée) n'a pas prouvé son efficacité.
7
Traitement chirurgical
Un remplacement prothétique doit être discuté dans les formes douloureuses invalidantes radiologiquement évoluées. La correction d'une anomalie architecturale peut être proposée en cas de douleurs rebelles ou de handicap fonctionnel dans les arthroses secondaires chez l'adulte jeune.
La suite de cette rubrique est réservée aux professionnels de santé libéraux et pharmaciens d'officine exerçant en France (en activité, étudiants ou retraités), et disposant d'un compte valide.

Se connecter ou S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.