VIDAL Recos

DMLA

Prise en charge
Mise à jour : 22 Janvier 2019
Prise en charge
DMLA
DMLA
1
Dépistage systématiqueGrade A
Un examen ophtalmologique de dépistage est recommandé tous les 2 à 4 ans entre 40 et 65 ans, puis tous les 1 à 2 ans.
2
Bilan clinique et paraclinique
L'examen initial comprend une évaluation de l'acuité visuelle, le dépistage d'un éventuel scotome central méconnu et un examen de la macula au fond d'œil.Grade A
D'autres examens peuvent compléter le diagnostic et le bilan : tomographie rétinienne en cohérence optique (OCT), rétinophotographie en autofluorescence, éventuellement complétée d'une OCT en mode A (angiographie sans injection), voire d'une angiographie rétinienne à la fluorescéine et/ou d'une angiographie choroïdienne au vert d'indocyanine, examen précis du champ visuel central (automatisé ou manuel).
3
DMLA au stade précoce
Le risque d'évolution vers une forme avancée, estimé à 1,3 % à 5 ans, n'est pas réduit par une supplémentation en anti-oxydants et minéraux. Aucun traitement préventif n'est indiqué à ce stade, mais une surveillance clinique régulière (au moins annuelle) et une autosurveillance sont recommandées.
4
Supplémentation
La consommation de très fortes doses d'antioxydants (vitamines C et E, caroténoïdes) ou de coenzymes antioxydantes (zinc) a permis de réduire le risque d'évolution d'une DMLA au stade intermédiaire ou avancée unilatérale (étude AREDS).AE
La supplémentation en bêtacarotènes est contre-indiquée chez les fumeurs ou anciens fumeurs (arrêt < 1 an) en raison d'un risque accru de cancer du poumon.
Une supplémentation en vitamines et en minéraux peut être proposée. Voir Traitement non médicamenteux.
Évoquer les règles hygiénodiététiques, dont l'arrêt du tabac.
5
DMLA avancée bilatérale
Les traitements supplétifs n'ont pas été évalués dans la DMLA avancée bilatérale.
Il n'y a pas de preuve d'efficacité d'une supplémentation dans la forme atrophique avancée ni dans la forme exsudative de DMLA au stade avancé, sinon pour réduire le risque d'aggravation dans l'œil controlatéral.
6
Éducation des patients
Une baisse soudaine d'acuité visuelle ou l'apparition d'un scotome central ou de métamorphopsies (déformation des objets, à tester sur les lignes droites) doivent conduire à consulter rapidement un ophtalmologiste.
1
Dépistage systématiqueGrade A
Un examen ophtalmologique de dépistage est recommandé tous les 2 à 4 ans entre 40 et 65 ans, puis tous les 1 à 2 ans.
2
Bilan clinique et paraclinique
L'examen initial comprend une évaluation de l'acuité visuelle, le dépistage d'un éventuel scotome central méconnu et un examen de la macula au fond d'œil.Grade A
D'autres examens peuvent compléter le diagnostic et le bilan : tomographie rétinienne en cohérence optique (OCT), rétinophotographie en autofluorescence, éventuellement complétée d'une OCT en mode A (angiographie sans injection), voire d'une angiographie rétinienne à la fluorescéine et/ou d'une angiographie choroïdienne au vert d'indocyanine, examen précis du champ visuel central (automatisé ou manuel).
3
DMLA au stade précoce
Le risque d'évolution vers une forme avancée, estimé à 1,3 % à 5 ans, n'est pas réduit par une supplémentation en anti-oxydants et minéraux. Aucun traitement préventif n'est indiqué à ce stade, mais une surveillance clinique régulière (au moins annuelle) et une autosurveillance sont recommandées.
4
Supplémentation
La consommation de très fortes doses d'antioxydants (vitamines C et E, caroténoïdes) ou de coenzymes antioxydantes (zinc) a permis de réduire le risque d'évolution d'une DMLA au stade intermédiaire ou avancée unilatérale (étude AREDS).AE
La supplémentation en bêtacarotènes est contre-indiquée chez les fumeurs ou anciens fumeurs (arrêt < 1 an) en raison d'un risque accru de cancer du poumon.
Une supplémentation en vitamines et en minéraux peut être proposée. Voir Traitement non médicamenteux.
Évoquer les règles hygiénodiététiques, dont l'arrêt du tabac.
5
DMLA avancée bilatérale
Les traitements supplétifs n'ont pas été évalués dans la DMLA avancée bilatérale.
Il n'y a pas de preuve d'efficacité d'une supplémentation dans la forme atrophique avancée ni dans la forme exsudative de DMLA au stade avancé, sinon pour réduire le risque d'aggravation dans l'œil controlatéral.
6
Éducation des patients
Une baisse soudaine d'acuité visuelle ou l'apparition d'un scotome central ou de métamorphopsies (déformation des objets, à tester sur les lignes droites) doivent conduire à consulter rapidement un ophtalmologiste.
La suite de cette rubrique est réservée aux professionnels de santé libéraux et pharmaciens d'officine exerçant en France (en activité, étudiants ou retraités), et disposant d'un compte valide.

Se connecter ou S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.