VIDAL Recos

Spondylarthrite ankylosante

Prise en charge
Mise à jour : 22 Janvier 2019
Prise en charge
Spondylarthrite ankylosante
Spondylarthrite ankylosante
1
Traitement non médicamenteux
Il est indissociable du traitement médicamenteux et comprend des exercices de gymnastique réguliers, la rééducation (kinésithérapie individuelle ou de groupe), la thérapie comportementale. L'information et l'éducation thérapeutique font également partie de cette prise en charge.
2
Choix d'un traitement médicamenteux
Le traitement est adapté en fonction de la forme de la maladie (axiale, périphérique, enthésitique, extra-articulaire), du niveau des symptômes, des facteurs pronostiques (handicap fonctionnel, atteinte radiologique, coxite, déformation rachidienne), du terrain (âge, sexe, comorbidités, médications), et des souhaits du patient.
3
Traitement par AINS
Prescrits en 1re intention, les AINS diminuent les douleurs rachidiennes et articulaires périphériques et améliorent la capacité fonctionnelle des patients. Les AINS sont associés à un protecteur gastrique en cas de risque gastro-intestinal majoré. Le risque cardiovasculaire doit également être pris en compte. Il est préconisé de les utiliser en fonction de la symptomatologie (à la demande).
4
Traitements associés
L'utilisation d'antalgiques de type paracétamol ou opiacés est justifiée en cas de contrôle insuffisant de la douleur, d'intolérance ou de contre-indication des AINS. Les corticoïdes locaux (infiltrations) peuvent être envisagés pour réduire l'inflammation locale. Les corticoïdes per os ne sont pas recommandés.
5
Place de la sulfasalazine et du méthotrexate
La sulfasalazine, utilisée hors AMM, a démontré son efficacité dans les formes périphériques. Le méthotrexate est également utilisé hors AMM dans cette indication.
La sulfasalazine et le méthotrexate n'ont pas fait la preuve de leur efficacité dans les formes axiales.
6
Indications des biomédicaments
Chez les patients ayant une atteinte inflammatoire importante et persistante, malgré les traitements conventionnels, les biomédicaments (anti-TNF ou inhibiteur de l'IL-17A) peuvent être utilisés dans certains cas. Leur prescription est réservée aux spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne, avec une prescription hospitalière initiale. Voir Suivi et adaptation du traitement.
L'association d'un anti-TNF à un autre traitement de fond n'est pas justifiée dans les formes axiales.
1
Traitement non médicamenteux
Il est indissociable du traitement médicamenteux et comprend des exercices de gymnastique réguliers, la rééducation (kinésithérapie individuelle ou de groupe), la thérapie comportementale. L'information et l'éducation thérapeutique font également partie de cette prise en charge.
2
Choix d'un traitement médicamenteux
Le traitement est adapté en fonction de la forme de la maladie (axiale, périphérique, enthésitique, extra-articulaire), du niveau des symptômes, des facteurs pronostiques (handicap fonctionnel, atteinte radiologique, coxite, déformation rachidienne), du terrain (âge, sexe, comorbidités, médications), et des souhaits du patient.
3
Traitement par AINS
Prescrits en 1re intention, les AINS diminuent les douleurs rachidiennes et articulaires périphériques et améliorent la capacité fonctionnelle des patients. Les AINS sont associés à un protecteur gastrique en cas de risque gastro-intestinal majoré. Le risque cardiovasculaire doit également être pris en compte. Il est préconisé de les utiliser en fonction de la symptomatologie (à la demande).
4
Traitements associés
L'utilisation d'antalgiques de type paracétamol ou opiacés est justifiée en cas de contrôle insuffisant de la douleur, d'intolérance ou de contre-indication des AINS. Les corticoïdes locaux (infiltrations) peuvent être envisagés pour réduire l'inflammation locale. Les corticoïdes per os ne sont pas recommandés.
5
Place de la sulfasalazine et du méthotrexate
La sulfasalazine, utilisée hors AMM, a démontré son efficacité dans les formes périphériques. Le méthotrexate est également utilisé hors AMM dans cette indication.
La sulfasalazine et le méthotrexate n'ont pas fait la preuve de leur efficacité dans les formes axiales.
6
Indications des biomédicaments
Chez les patients ayant une atteinte inflammatoire importante et persistante, malgré les traitements conventionnels, les biomédicaments (anti-TNF ou inhibiteur de l'IL-17A) peuvent être utilisés dans certains cas. Leur prescription est réservée aux spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne, avec une prescription hospitalière initiale. Voir Suivi et adaptation du traitement.
L'association d'un anti-TNF à un autre traitement de fond n'est pas justifiée dans les formes axiales.
Cas particuliers
Spondylarthrite ankylosante, formes invalidantes
Formes invalidantes
L'ankylose thoracique peut entraîner une insuffisance respiratoire. Les atteintes de la hanche, les atteintes cervicales hautes avec compression et la cyphose dorsale sont également invalidantes. Elles relèvent d'une prise en charge spécialisée.
Spondylarthrite ankylosante, formes extra-articulaires
Formes extra-articulaires
Elles ne sont pas rares, pouvant se manifester, en plus des manifestations articulaires, par une uvéite (la plus fréquente, 30 %), une néphropathie, une insuffisance aortique, des troubles de la conduction cardiaque, une amylose. Les éléments associés (entérocolopathies 5 %, psoriasis 15 %) sont également à prendre en compte.
Évaluation
Définitions
La spondylarthrite ankylosante est la forme classique, complète et évoluée de la spondyloarthrite. Le terme de spondylarthrite correspond à l'ancienne terminologie de spondylarthropathies. La tendance actuelle est de parler plutôt des formes de présentation clinique que des formes selon des classifications nosologiques. Ainsi on distingue :
Spondyloarthrites axiales :
radiographiques (qui correspondent à la classique spondylarthrite ankylosante) ;
sans anomalies radiographiques spécifiques (dites « non radiographiques »).
Spondyloarthrites périphériques articulaires :
érosives ;
non érosives.
Spondyloarthrites périphériques enthésitiques.
Les éventuelles manifestations extra-articulaires (uvéites antérieures, psoriasis, maladie de Crohn, rectocolite) peuvent être associées à chacun de ces groupes et permettent de mieux caractériser l'atteinte.
Classification ASAS (Assessment of SpondyloArthritis Society) de la spondylarthrite ankylosante (SpA)
Des critères de classification ont été proposés.
Forme axialeForme périphérique
Patients souffrant de douleur rachidienne ≥ 3 mois
âge de début < 45 ans
Patients ayant uniquement des symptômes périphériques
Localisation sacro-iliaque à l'imagerie + ≥ 1 atteinte de SpAouHLA-B27 + ≥ 2 autres atteintes de SpAArthrite ou enthésite ou dactylite
+
Atteintes de SpA :
douleur rachidienne de type inflammatoire
arthrite
enthésite (atteinte inflammatoire d'un tendon)
atteinte inflammatoire des doigts
colite de Crohn
réponse aux AINS
antécédents familiaux de SpA
HLA-B27
élévation du CRP
≥ 1 atteinte de SpA :
uvéite
psoriasis
colite de Crohn
infection récente
HLA-B27
atteinte sacro-iliaque à l'imagerie
ou
≥ 2 autres atteintes de SpA :
arthrite
enthésite
dactylite
douleur rachidienne de type inflammatoire
antécédents familiaux de SpA
Suivi et adaptation du traitement
L'évolutivité de la maladie (intensité de la fatigue, des douleurs rachidiennes, de l'atteinte articulaire périphérique, des douleurs enthésiopathiques des zones sensibles à la pression, intensité et durée du dérouillage matinal), peut être évaluée par l'évolution des signes cliniques (par exemple nombre d'articulations douloureuses ou NAD et nombre d'articulations gonflées ou NAG) ou encore par le score composite BASDAI (Bath Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index), sur une échelle visuelle analogique de 0 à 10 (cm) ou de 0 à 100 (mm). Le syndrome inflammatoire est évalué par le dosage de la protéine C-réactive (CRP). Un nouveau score d'activité a été proposé en 2010 : l'ASDAS (Ankylosing Spondylitis Disease Activity Index) intégrant, avec pondération, certains éléments du BASDAI et un marqueur biologique de l'inflammation (CRP).
La fréquence du suivi clinique est décidée au cas par cas, en fonction de la sévérité des symptômes et de la nature du traitement médicamenteux.
L'introduction d'un traitement biologique par anti-TNF ou anti IL-17 chez les patients ayant une atteinte inflammatoire importante et persistante malgré les traitements peut être discutée après avis spécialisé. Les indications sont schématisées ci-dessous. L'évaluation de BASDAI, ASDAS, NAD, NAG, CRP est mesurée à 2 visites à 1 mois d'intervalle.
Indication d'un traitement anti-TNF :
SpA axialeSpA périphérique articulaireSpA périphérique enthésitique
Réponse AINS insuffisante
avec persistance de l'activité sous traitement AINS
BASDAI ≥ 4/10*
ou
ASDAS ≥ 2.1*
Réponse insuffisante à traitement AINS et au moins 1 DMARD***
Persistance de :
NAG et NAD ≥ 3**
Réponse insuffisante à traitement AINS et infiltration
Persistance de :
signes objectifs d'inflammation
douleur ≥ 5/10 (item 4 du BASDAI)
ET
Signes objectifs d'inflammation (synovites, CRP, imagerie).
En leur absence : avis d'experts, prenant en compte également l'existence et l'évolutivité de manifestations extra-articulaires (uvéite, MICI, psoriasis), l'évolution structurale et le retentissement fonctionnel.
* Valeur plus basse en cas de prise quotidienne de dose maximale d'AINS et risque cardiovasculaire.
** Nombre inférieur si coxite ou arthrite réfractaire aux infiltrations ou progression radiographique.
*** Les DMARD, ou Disease Modifying Anti-Rheumatic Drugs, sont ici le méthotrexate et la sulfalazine.
La suite de cette rubrique est réservée aux professionnels de santé libéraux et pharmaciens d'officine exerçant en France (en activité, étudiants ou retraités), et disposant d'un compte valide.

Se connecter ou S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.