VIDAL Recos

Incontinence urinaire de la femme

La maladie
Mise à jour : 16 Décembre 2021
La maladie
L'incontinence urinaire de la femme est une perte involontaire d'urine par le méat urétral.
Physiopathologie
L'incontinence urinaire d'effort est liée à une augmentation brusque de la pression intra-abdominale. Les deux principaux mécanismes en cause sont l'hypermobilité urétrale (90 % des cas) due à une perte de tonus des tissus de soutènement vaginaux, et l'insuffisance sphinctérienne (10 % des cas). Le syndrome d'hyperactivité vésicale clinique (anciennement incontinence par impériosités) est lié à une hyperactivité de la vessie. Les mécanismes en sont multiples : contractions détrusoriennes désinhibées, défaut de compliance, anomalies sensitives, anomalies urétrales (instabilité ou insuffisance). La rétention vésicale chronique peut être associée à des fuites urinaires et à une hyperactivité vésicale. Elle peut être liée à une obstruction sous-cervicale : suite d'un traitement chirurgical de l'incontinence d'effort, prolapsus, fécalome. Une infection virale (herpès ou zona génital) ou un cancer pelvien sont à rechercher.
Epidémiologie
La prévalence de l'incontinence urinaire de la femme est de 20 à 30 % en France (20 % avant 30 ans, 46 % entre 51 et 70 ans). On estime que seulement 30 % des patientes souffrant d'incontinence consultent spécifiquement pour ce symptôme.
Complications
Elle peut altérer la qualité de vie et se compliquer de troubles trophiques muqueux et cutanés, voire d'escarres chez la personne âgée.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.