VIDAL Recos

Pédiculoses

Prise en charge
Mise à jour : 22 Janvier 2019
Prise en charge
Pédiculose
Pédiculose
1
Identification et prise en charge des sujets-contacts
En cas de pédiculose de la tête, le Conseil supérieur d'hygiène public de France (CSHP) recommande d'examiner toutes les personnes vivant sous le même toit et de ne traiter que les sujets parasités, d'informer par écrit les responsables scolaires (qui transmettront aux parents d'élèves) de l'existence de cas de pédiculose et de faire examiner tous les enfants du groupe. En cas de phtiriase pubienne, tous les partenaires sexuels doivent être traités.
2
Traitement de la pédiculose de la tête
L'apparition de résistances a conduit au développement de produits qui agissent de façon physique (et non chimique) comme la diméticone, qui paraît une alternative à privilégier.
Les pyréthrines sont inconstamment efficaces. L'association de principes actifs est possible. Il est recommandé d'utiliser de préférence solutions, lotions ou crèmes (shampooings et poudres sont moins efficaces). Une 2e application, après 7 à 10 jours, devrait être systématique pour tuer lentes et poux éclos dans l'intervalle.AE
3
Traitement de la pédiculose du corps
La décontamination des vêtements par lavage à 60 °C ou avec un insecticide est le plus souvent suffisante.
Un rasage des poils est utile en présence de lentes abondantes. Une application de pyréthrine peut être discutée (hors AMM). Sur les cils, il est possible d'appliquer une crème à base de pyréthrine à 1 % ou de la vaseline pure.
4
Traitement de la phtiriase pubienne
Ses modalités sont identiques à celles de la pédiculose du cuir chevelu. Il est préférable de traiter également l'ensemble des zones pileuses du tronc et des cuisses. Le rasage des poils est parfois nécessaire en cas de lentes abondantes.
Dépister et traiter une autre IST associée.
Décontaminer les vêtements, la literie et le linge.
5
Évaluation de l'efficacité du traitement
Elle est recommandée à J2 et à J12 en cas de pédiculose de la tête. Il n'y a pas de recommandation précise pour les pédiculoses corporelle et pubienne, mais un contrôle à 1 semaine semble souhaitable. Les causes d'échec peuvent être : difficulté de compréhension du traitement, coût des produits, non-respect des modalités d'application, forme galénique inappropriée, réinfestation (mesures associées non réalisées), développement de résistance. L'échec d'un traitement bien suivi doit conduire à changer de classe pharmacologique (ou à discuter le rasage du cuir chevelu).
1
Identification et prise en charge des sujets-contacts
En cas de pédiculose de la tête, le Conseil supérieur d'hygiène public de France (CSHP) recommande d'examiner toutes les personnes vivant sous le même toit et de ne traiter que les sujets parasités, d'informer par écrit les responsables scolaires (qui transmettront aux parents d'élèves) de l'existence de cas de pédiculose et de faire examiner tous les enfants du groupe. En cas de phtiriase pubienne, tous les partenaires sexuels doivent être traités.
2
Traitement de la pédiculose de la tête
L'apparition de résistances a conduit au développement de produits qui agissent de façon physique (et non chimique) comme la diméticone, qui paraît une alternative à privilégier.
Les pyréthrines sont inconstamment efficaces. L'association de principes actifs est possible. Il est recommandé d'utiliser de préférence solutions, lotions ou crèmes (shampooings et poudres sont moins efficaces). Une 2e application, après 7 à 10 jours, devrait être systématique pour tuer lentes et poux éclos dans l'intervalle.AE
3
Traitement de la pédiculose du corps
La décontamination des vêtements par lavage à 60 °C ou avec un insecticide est le plus souvent suffisante.
Un rasage des poils est utile en présence de lentes abondantes. Une application de pyréthrine peut être discutée (hors AMM). Sur les cils, il est possible d'appliquer une crème à base de pyréthrine à 1 % ou de la vaseline pure.
4
Traitement de la phtiriase pubienne
Ses modalités sont identiques à celles de la pédiculose du cuir chevelu. Il est préférable de traiter également l'ensemble des zones pileuses du tronc et des cuisses. Le rasage des poils est parfois nécessaire en cas de lentes abondantes.
Dépister et traiter une autre IST associée.
Décontaminer les vêtements, la literie et le linge.
5
Évaluation de l'efficacité du traitement
Elle est recommandée à J2 et à J12 en cas de pédiculose de la tête. Il n'y a pas de recommandation précise pour les pédiculoses corporelle et pubienne, mais un contrôle à 1 semaine semble souhaitable. Les causes d'échec peuvent être : difficulté de compréhension du traitement, coût des produits, non-respect des modalités d'application, forme galénique inappropriée, réinfestation (mesures associées non réalisées), développement de résistance. L'échec d'un traitement bien suivi doit conduire à changer de classe pharmacologique (ou à discuter le rasage du cuir chevelu).
Cas particuliers
Impétiginisation
Impétiginisation
Elle nécessite une antibiothérapie par voie générale à visée antistaphylococcique et antistreptococcique pendant 6 jours. Lire Impétigo de l'enfant.
Nourrisson
Pédiculose du nourrisson
Le traitement fait appel aux pyréthrines. Le produit (de préférence en lotion) ne doit pas être laissé en place plus de 10 minutes, il doit être soigneusement rincé et les cheveux relavés avec un shampooing doux. Les muqueuses doivent être protégées.
Pédiculose de la tête, résistance au traitement
Malgré un traitement bien conduit, il peut persister des poux 24 heures après l'application d'un médicament ou d'un produit insecticide. Une telle persistance suggère une résistance des poux aux traitements, démontrée en France depuis les années 90. En cas de résistance, le rasage total du cuir chevelu est la méthode radicale (efficace et rapide), mais souvent difficile à vivre. Il est possible d'utiliser des produits de parapharmacie qui agissent de façon physique (et non chimique), comme la diméticone, qui déshydrate et asphyxie les poux. Un essai randomisé double insu (« Oral Ivermectin versus Malathion Lotion for Difficult-to-treat Head Lice », O. Chosidow, New England Journal of Medicine, 2010, n° 362, pp. 896-905) a montré que l'ivermectine par voie orale est supérieure au malathion en lotion 0,5 % ; l'ivermectine ne dispose cependant pas d'AMM pour le traitement des poux.
La suite de cette rubrique est réservée aux professionnels de santé libéraux et pharmaciens d'officine exerçant en France (en activité, étudiants ou retraités), et disposant d'un compte valide.

Se connecter ou S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.